FSEGS 2016
  

 

 

 

 

182, rue de La Fontaine

92 140 ANTHONY

Montpellier le, 30 janvier 2004

NOTE DE SERVICE

Conjoncture

A

vec une augmentation de 0,2 %, la croissance du PIB en 2003 a été la plus faible depuis 1993. Ce constat doit être nuancé par la présence d’une accélération en milieu d’année. Après une évolution quasi récessive au premier semestre, la croissance est revenue au second semestre vers des rythmes proches de 2 %. Cette reprise a eu pour origine la forte expansion de l’environnement mondial de la zone euro, qui a généré un redémarrage des exportations et favorisé un redressement des anticipations des entrepreneurs. Toutefois, le bilan de 2003 porte la marque du difficile début d’année : l’emploi salarié privé a baissé de 50000, entraînant une hausse de 0,4 point du taux de chômage ; le ralentissement des recettes publiques a par ailleurs porté le déficit public à 4,1% du PIB.

Bilan

Notre groupe a connu pour l’exercice 2003 des difficultés importantes. Le chiffre d’affaires en progression, de 0,6% en moyenne, est insuffisant pour couvrir nos charges. Le tableau ci-dessous résume les chiffres d’affaires enregistrées par nos magasins par secteur et par région.

Montant des ventes par secteur (en millions d’euros) -- Année 2003

 

Est

Ouest

Nord

Sud

Total

Pôle Habitat

320

115

210

340

985

Pôle Financier

215

254

312

540

1321

Pôle Collectivité

315

210

95

280

900

Total

850

579

617

1160

3206

 

Ces difficultés se sont traduites notamment par une grande baisse du chiffre d’affaires du pôle Habitat, essentiellement dans les régions Nord et Ouest, où la baisses a atteint - 2 %. La reprise tant attendue dans ce secteur et la modernisation n’a eu lieu qu’au quatrième trimestre 2003. Le dynamisme constaté depuis quelques années, notamment à Montpellier, se confirme et cette région se classe désormais en tête des quatre régions françaises en terme de chiffre d’affaires. Le diagramme ci-dessous donne la nouvelle répartition des ventes par région pour l’année 2003.

 

 

Figure 1: Répartition des ventes, du groupe VENTOUT, par région

Stratégie

Restructuration

Le plan de sauvetage mis en place  par la nouvelle direction du groupe a pour but de se séparer des activités non rentables du groupe et de nous recentrer sur l’activité essentielle de notre groupe. La cessation des activités de télécommunication et les activités informatiques nous permettront nous permettront de payer nos créanciers et de moderniser nos structures de production.

Social

La fermeture des magasins de Thionville et Longwy, nous amène à reclasser ou nous séparer d’un certain nombre de nos employés. Les négociations du plan social  sont arrivées à leur terme. 80 personnes sont concernées par ces mesures sur nos différents sites. Il s’agit pour l’essentiel de reclassement ou des départ en  retraites anticipées. La répartition est la suivante :

Départs volontaires    5 personnes

Reclassement  63 personnes

Retraite anticipée       12 personnes

D’autres solutions ont été mises en place pour limiter les effets du plan social sur l’emploi : ainsi le nombre de personnes en CSP  est passé, depuis octobre 2003, de 150 à 320 salariés sur l’ensemble de nos sites.


 

Prévisions

À la fin de l’hiver 2004, les anticipations des entrepreneurs de la zone euro, tout en restant positivement orientées, apparaissent plus hésitantes qu’à l’automne. La première cause de cette inflexion semble être les inquiétudes sur le taux de change et les interrogations qu’elles suscitent sur la capacité des entreprises de la zone, dont la compétitivité s’est réduite, à profiter de la croissance mondiale. Ensuite, les chiffres du quatrième trimestre ont ranimé les doutes sur la capacité de rebond de certains pays de la zone, comme l’Italie. Pourtant l’environnement international reste porteur et génère une augmentation des exportations de la zone. En particulier, les États-Unis enregistrent une croissance vive, de l’ordre de 4 % l’an, et devraient la conserver au moins jusqu’à l’été, grâce aux impulsions de la politique budgétaire et au maintien d’une politique monétaire très accommodante.

télécharger la fiche  

 

Montant des ventes par secteur (en millions d’euros) -- Année 2004

 

Est

Ouest

Nord

Sud

Total

Pôle Habitat

320

115

210

440

1085

Pôle Financier

215

254

312

541

1322

Pôle Collectivité

315

210

95

280

900

Total

850

579

617

1261

3307

 

Dans ce contexte, la croissance de notre groupe, un peu supérieure à celle enregistrée en zone euro, serait proche de 2 % l’an au premier semestre. Cette croissance seulement modérée traduirait pour une bonne part le faible dynamisme de la consommation des ménages, qui résulterait d’une progression ralentie du pouvoir d’achat et d’un comportement de prudence dans les achats en raison des appréciations toujours peu favorables portées par les consommateurs sur les évolutions macroéconomiques. En revanche, l’investissement de nos entreprises, bénéficiant notamment de conditions de financement toujours très favorables, se redresserait et le comportement de stockage apporterait une contribution positive à notre croissance.

Le Président du Groupe VENTOUT

Philipp De PRATERRE

Table de matières